POUR QUE DEMAIN SOIT UN AUTRE JOUR ...

Voici l'intégrale du texte que j'ai pu écrire lors du concours "48 heures pour écrire" dont le thème était "l'espoir" ... Bonne lecture ...

 

POUR QUE DEMAIN SOIT UN AUTRE JOUR …

Le diagnostic est tombé …C’est SLA qu’ils l’ont appelée …Et c’est ma mère qui en est frappé …Maladie orpheline diront les uns … Maladie de merde, diront les siens … Ne pas croire à la fatalité … Un traitement est donné … Et aussi beaucoup d’amour … Pour que demain soit un autre jour …

Ma mère nous a quittés … La vie a repris son cours, mais avec beaucoup moins d’envie … Mon père s’est égaré … Plusieurs fois, le chemin, nous lui avons remontré, mais bien que nous soyons à ses côtés, seul sur cette route, il a erré … Pour se perdre à tout jamais … A nos douleurs, nous sommes devenus sourds … Pour que demain soit un autre jour …

Un mariage, une naissance, un fils aimé … De grands-parents, nous voici baptisés ! Mais c’était sans compter sur les méfaits du passé … Notre fils nous a mis de côté, et de nos petits-enfants, privés … Qu’à cela ne tienne, cette décision reste la sienne … Et nous ferons tout, même si notre passage sur terre est bien court … Pour que demain soit un autre jour …

Plus de dix ans se sont écoulés, sans que rien ne se soit arrangé … On fait semblant, on avance, on profite d’un avenir incertain et on force le destin … Chacun de nous se terre dans la déception et la colère … Réagis, bon sang, on est vivant … Et bon an, mal an, on recommence à sourire, on se surprend même à rire … Pour que demain soit un autre jour …

Et comme cela ne va pas trop mal chez nous, on va voir chez les autres … Il n’y a qu’à ouvrir le journal ... Un avion s’est écrasé … Sur un trottoir, trois enfants renversés par un chauffeur ivre … Deux jeunes poignardés pour avoir simplement pensé … Un enfant séquestré par son propre père déprimé … Une fillette enlevée pour satisfaire les fantasmes ou pas d’un violeur … Vous refermez le journal … Pour que demain soit un autre jour …

Bien calé dans votre canapé, après une semaine de boulot acharné, un repas vite avalé, vous allumez la télé … Au Stade de France, des footballeurs vont jouer et vous apporter un peu de bien-être … Un stade bondé, tous sangs mêlés pour une même passion, celle du ballon rond … 21 heures 20 … Des kamikazes se font exploser … Des kalachnikovs, sans fin, vont crachées … Et la mort va s’installer … Au Bataclan, aux terrasses des cafés … Dans les rues d’une capitale, Paris, terrifiée … Un Paris ensanglanté pour nous, un pari tenu pour eux … Pour que demain soit un autre jour …

Des dizaines de morts et de blessés … Des familles entières dépitées … Des médecins et des équipes de soignants pour des vies, essayer de sauver … Des parisiens qui n’osent plus bougés … Des forces de police déployées … Un pays entier atterré … Des témoignages par millier de personnes rescapées, de voisins déconcertés … Des images insoutenables … Et vous, devant votre télé … Et vous qui pleurez des larmes de sang … Et vous priez, vous l’athée … Pour que demain soit un autre jour …

Tout pourrait s’arrêter là … Mais ils auraient gagné … Alors, comme un seul homme, c’est une nation qui se lève, qui se relève … Et qui marche déjà vers et sur ceux et celles qui ont fait ça, déterminée … Et vous allez lutter de toutes vos forces, vous allez aimer de toutes vos forces, vous allez vivre de toutes vos forces … Liberté, Egalité, Fraternité … Trois valeurs qu’il vous faut défendre à tout prix, même au prix d’une vie … Pour tous ceux et celles qui sont morts en vivant tout simplement … Pour que demain soit un autre jour … Celui d’un avenir qu’il vous faut construire ou reconstruire avec un seul mot … ESPOIR …